AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaleigh Corso

K.L.C
Sometimes, crazy's alright!

avatar

▬ Nombre de messages : 719
▬ Date d'inscription : 21/04/2010
▬ Age : 28
▬ Multicompte : Madjulinah A. Dawson
▬ Statut Marital : Célibataire
▬ Amour : Mon ours en peluche
▬ Métier : Journaliste au NY Times
▬ Humeur : Tonitruante
▬ Rêve : Pouvoir faire une grasse mat'
▬ Citation : La PLS, c'est la meilleure amie du fêtard - KLC
▬ Photo, Photo :

Ill' be there for you
▬ Rps : DEMANDES OUVERTES
▬ Mes Friends.:
▬ Secret, Peur, Ambition, Rêve :


MessageSujet: Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX   Mar 14 Sep - 7:03

Celle qui demandait l'asile météorologique.
ANDREA&KALEIGH

KALEIGH - Ça va pas être possible.
HENRY - Ok, alors ça va pas être possible.
KALEIGH - Exactement. Hum Henry, attends, qu'est ce qui ne va pas être possible?
HENRY - Ben, nous deux
KALEIGH - Tu déconnes?
HENRY - Ben, non!
KALEIGH - Alors on est d'accord, ça va pas être possible.

Après l'avoir regardé d'un air méprisant pendant plusieurs secondes, je me dégageai du canapé en daim marron et attrapai ma veste en cuir ainsi que mon sac à main qui traînaient sur le parquet. Je venais de me faire plaquer parce que je ne voulais pas me déguiser en Maya l'abeille. En vue d'activités suspectes. Merde, quoi. J'étais délurée mais il y avait des limites. J'enfilai mes escarpins et me dirigeai vers la porte avant de la claquer bruyamment. Après quelques instants de réflexion sur le palier, je pénétrai à nouveau dans l'appartement, m'empoignai de la bouteille de Chardonnay ainsi que de la boîte de chocolats trainant sur la table puis m'enquis de rebrousser chemin non sans avoir lancé un regard de défi à l'homme qui était encore affalé sur son sofa pourri.

Je le connaissais depuis trois jours seulement et c'était un tordu. En somme, il ne constituait pas une grande perte. J'avais même gagné du vin blanc et des chocolats au change. Je n'avais pas complètement gâché ma soirée finalement. Il n'empêche que je commençais à en avoir ras le bol de tomber sur des cas sociaux. Je descendis les cinq étages d'escaliers à pieds, d'un pas bruyant et énervé. Tant pis pour la vieille qui avait guetté notre arrivée d'un œil accusateur en prétextant le nettoyage mensuel de son paillasson et qui devait déjà être en train de chercher son comprimé de paracétamol sur sa table de chevet. Je puais son Hugo Boss de merde. J'en avais marre des mecs qui mettaient du parfum. A chaque fois que ça tournait mal, je conservais toutefois une trace olfactive de leur identité associée au souvenir de la galère que j'avais pu vivre en leur compagnie et il suffisait que je croise à nouveau cette fragrance dans la rue ou dans le métro pour réveiller ma mémoire.

Arrivée devant la sortie principale, j'ouvris la porte avant de la refermer aussitôt. C'était un véritable déluge dehors. Un peu plus et on aurait pu descendre la 5ème avenue en kayak. Je pris une grande respiration. Je ne pouvais pas rester dans cet immeuble de merde. Je fouillai mon sac à la recherche d'un quelconque parapluie qui, bien évidemment, devait être bien rangé dans le placard de ma chambre. Je défis le foulard que j'avais autour du cou et le mis sur ma tête ce qui devait probablement me donner une allure de vielle de quatre-vingt ans puis m'aventurai à l'extérieur.

J'étais dehors depuis à peine vingt secondes et j'étais aussi trempée qu'après une de ces longues douches qu'on prend après une journée d'hiver. Je me voyais mal parcourir les quelques centaines de mètres qui me séparaient de la station de métro la plus proche. En relevant la tête, je remarquai que l'immeuble qui me faisait face était celui de mon cher frère. Merde, j'avais vraiment un sens de l'orientation pourri. Après quelques secondes d'hésitation concernant l'horaire tardive, je me décidai à traverser la rue. Après tout je n'avais absolument pas envie de rester seule ce soir, l'idée de passer voir mon frère trottait dans ma tête depuis quelques jours maintenant et je savais qu'il faudrait qu'il soit atteint d'une mononucléose carabinée pour être au lit à 22h. De plus, il m'avait enfermée dans ma laverie quelques mois plus tôt et je ne m'étais pas encore vengée. Il m'en devait une.

C'est ainsi qu'après m'être essoré les cheveux sur le paillasson de sa mégère de voisine de palier, je me décidai à frapper à la porte d'Andrea. J'osais juste espérer qu'il n'était pas en train de faire des choses pas très catholiques avec Lacey parce que, ew, c'était mon frère quoi. En attendant qu'il réponde, ou pas d'ailleurs, je dégainai la bouteille de vin et la boîte de chocolat de mon sac et préparai mon plus beau sourire émail diamant.

_________________
    KALEIGH L. CORSO - if life's not good enough for you, make it better.

    Monica - Hey Joey, what would you do if you were omnipotent?
    Joey - Probably kill myself.
    Monica - Excuse me?
    Joey - Hey, if little Joey's dead then I've got no reason to live.
    Ross - Joey, OM-nipotent.
    Joey - You are? Oh Ross, I'm sorry.




Dernière édition par Kaleigh Corso le Mar 21 Sep - 16:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 154
▬ Date d'inscription : 09/12/2008
▬ Age : 31
▬ Amour : today, a sweet blondy girl make me smile
▬ Humeur : In very Goog Trip
▬ Rêve : Vivre Woodstock ! comment ça c'est impossible?! è_é

Ill' be there for you
▬ Rps : Organisateur dans l'évènementiel
▬ Mes Friends.:
▬ Secret, Peur, Ambition, Rêve :


MessageSujet: Re: Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX   Mer 15 Sep - 16:00

    Ca fonctionne comment à nouveau ? Ha oui d’abord on allume la télé. Le bouton devrait se trouver quelque part ici… oui c’est bon. Ensuite on sélectionne la source. Et pour ça il me faut la télécommande qui devrait être quelque part par là…

    C’est là que les chose se compliquaient. Trouver la télécommande ! Ça faisait des siècles que je n’avais pas touché à cette télévision et je ne me souvenais même plus où j’avais rangé la précieuse télécommande. Logiquement elle était sensée se trouver quelques part sur la table basse bien en évidence sauf que la logique ce n’est pas mon fort surtout quand il s’agit d’ordonner les choses. Et bien évidemment elle ne s’y trouvait pas. Je me mis donc à la recherche de ce précieux objet. Première zone de recherches : le canapé et les fauteuils. Je passais mes mains entre les cousins trouvant au passage toutes sortes d’objets : stylos, magazines, chaussettes… mais pas de télécommande. Cela aurait été trop beau. Je prenais le soin de remettre toutes mes trouvailles à nouveau à leur place et je poursuivis mes recherches. L’étape suivant était la commode du salon. Je fouillais tiroirs après tiroirs, cette belle armoire. Mais rien à l’exception du bordel que j’y avais rangé. Je crois que c’est à ce moment là que j’ai supposé m’énerver mais le petit joint que j’avais fumé juste avant tranquillisait drôlement mon esprit. Après tout je n’allais pas m’énerver contre moi-même. et puis quoi encore ?

    Mais bon toute cette activité intense m’avait légèrement affamé et je sentais qu’il fallait que je mange bientôt. Donc la mission télécommande fut mis en pause et je me rendis dans la cuisine. C’était un peu idiot d’y aller puisque ça faisait des semaines que je n’avais rien acheté à manger. Tout ce qu’on pouvait trouver dans cette adorable cuisine c’était de l’alcool et divers soda. Mais ne sait-on jamais ? peut-être qu’une adorable personne – répondant par hasard au nom de Kaleigh - était passée en toute discrétion et avait rempli les placards… Vérification : et bien non, pas si gentil que ça la sœur…

    Tant pis il me restait l’option « allo pizza ». Je cherchais dans mon répertoire la pizzeria la plus proche. On me répondit dès la première sonnerie ce qui me surpris. J’avais même pas eu le temps de réfléchir. Un peu indécis, je laissais le pizzaiolo choisir ma pizza à ma place en lui défiant de me surprendre. Erreur ? on verra bien. Et à peine je raccrochai le téléphone que déjà on frappait à la porte. Alors là oui je suis surpris ! je me dirigea donc vers la porte muni de mon porte monnaie et au passage aperçut dans un des pots trainant dans le couloir ma télécommande. Je la saisis fièrement et il n’était plus question de la lâcher maintenant ! j’ouvris alors la porte pensant y découvrir le livreur de pizza. Oui oui j’y croyais vraiment et là … Kaleigh affichant son grand sourire . celui qui avait tendance à m’inquiéter. C’était pas toujours bien quand elle affichait cette expression là. Je la regarda elle, son sourire, ses mains. L’une tenait une bouteille de vin , l’autre du chocolat.

    - et ma pizza alors ?

    je regardai alors un peu derrière elle. Non pas de pizza à l'horizon…j’étais un peu déçue, j’avais de plus en plus faim mais heureusement maintenant il y avait du chocolat. Je reposa mon regard sur elle tout en m’écartant de la porte pour la laisser entrer. Plus besoin d’invitation formelle avec sa famille.

    - tiens, il pleut dehors ? pourquoi tu sors par un temps pareil ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaleigh Corso

K.L.C
Sometimes, crazy's alright!

avatar

▬ Nombre de messages : 719
▬ Date d'inscription : 21/04/2010
▬ Age : 28
▬ Multicompte : Madjulinah A. Dawson
▬ Statut Marital : Célibataire
▬ Amour : Mon ours en peluche
▬ Métier : Journaliste au NY Times
▬ Humeur : Tonitruante
▬ Rêve : Pouvoir faire une grasse mat'
▬ Citation : La PLS, c'est la meilleure amie du fêtard - KLC
▬ Photo, Photo :

Ill' be there for you
▬ Rps : DEMANDES OUVERTES
▬ Mes Friends.:
▬ Secret, Peur, Ambition, Rêve :


MessageSujet: Re: Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX   Jeu 16 Sep - 20:31


Je commençais à avoir mal au bras à force de tenir la bouteille à la hauteur de mes épaules quand la porte s'ouvrit. Quelle réactivité! Mon frère se tenait devant moi, une télécommande dans une main et un porte-monnaie dans l'autre. Il avait l'air d'être en forme et il n'y avait aucune jolie blonde à l'horizon. Il venait de me prendre pour le livreur de pizza. Je m'étais pourtant appliquée à frapper "à la Kaleigh", c'est à dire d'une manière sèche et énergique qui aurait pu réveiller un mort, voire plusieurs. Je baissai mes bras puis haussai les sourcils.

KALEIGH - Désolé, j'ai encore quelques progrès à faire niveau télépathie!

Il ne tarda pas à me demander pourquoi je m'amusais à me promener dehors par un temps pareil. Je ne savais pas vraiment quoi répondre, mon cerveau étant probablement encore refroidi par la douche magistrale que je venais de me prendre. Je me doutais toutefois que ce n'était pas forcément une bonne idée de lui avouer que, pour des raisons plus que douteuses, je venais de claquer la porte d'un individu qu'il croisait probablement souvent dans la rue ou le café du coin. De toute façon, j'avais carrément honte. J'aurais dû remarquer qu'il avait un regard louche. J'esquissai donc à nouveau mon légendaire sourire avant de sortir une connerie à deux balles.

KALEIGH - Je sors pas, je rentre.

Je m'exécutai aussitôt, arborant toujours le même sourire aux lèvres, et entrai à l'intérieur de l'appartement. En investissant le salon, je croisai mon reflet renvoyé par la fenêtre. Je ne ressemblais vraiment à rien, ou plutôt si, j'avais un léger air de famille avec la fille qui fait peur dans The Ring. Je me consolais en me disant que si je ne m'étais pas échappée du guet-apens dans lequel j'avais atterri, je n'ose imaginer ce qu'Henry m'aurait prié de faire dans son costume bizarre qui à première vue avait déjà servi plusieurs fois. Je dissimulai une légère mine de dégoût. Cette histoire me ferait probablement marrer dans quelques heures. Toutefois, à cet instant précis, j'étais encore légèrement énervée et un peu triste. Je devais probablement faire peur aux gens normaux, c'est pour ça que je ne tombais que sur des tarés. Bref. J'haussai les épaules puis déposai mon butin de la soirée sur la table basse. A vue d'œil, il devait y en avoir pour un sacré paquet d'argent. Cette hypothèse plaisait beaucoup à mon côté sadique.

KALEIGH - J'étais dans le quartier et je me suis dit que j'allais venir t'apporter ta dose de calories!

Je me retournai puis passai mes mains le long de l'arrière de ma robe neuve qui venait de prendre trois mois en une soirée afin de vérifier qu'elle n'était pas trop trempée avant de me laisser tomber sur le canapé. Après avoir automatiquement réorganisé en quelques secondes tout ce qui me passait sous la main et vérifié inconsciemment que mon agencement était géométriquement correct, je saisis la boîte de chocolats, m'acharnai quelques instants sur le film plastique puis, après être finalement parvenue à l'ouvrir, la tendis en direction de mon frère en haussant le menton.

_________________
    KALEIGH L. CORSO - if life's not good enough for you, make it better.

    Monica - Hey Joey, what would you do if you were omnipotent?
    Joey - Probably kill myself.
    Monica - Excuse me?
    Joey - Hey, if little Joey's dead then I've got no reason to live.
    Ross - Joey, OM-nipotent.
    Joey - You are? Oh Ross, I'm sorry.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 154
▬ Date d'inscription : 09/12/2008
▬ Age : 31
▬ Amour : today, a sweet blondy girl make me smile
▬ Humeur : In very Goog Trip
▬ Rêve : Vivre Woodstock ! comment ça c'est impossible?! è_é

Ill' be there for you
▬ Rps : Organisateur dans l'évènementiel
▬ Mes Friends.:
▬ Secret, Peur, Ambition, Rêve :


MessageSujet: Re: Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX   Mar 21 Sep - 2:29

    Ce n’était pas prévu mais j’étais plutôt ravie de voir débarquer ainsi ma sœur. J’étais bien parti pour me faire une soirée en solitaire, chose qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Il y a des personnes qui ont parfois besoin d’être seul pour retrouver un peu de calme, parce qu’ils ont besoin d’un petit break. Ce n’était pas vraiment mon cas. Etre seul ne me posait pas de problème. Je ne paniquai pas si je me retrouvais tout d’un coup tout seul dans mon grand appartement, mais j’appréciai le fait d’être entouré, d’avoir du monde autour de moi. Ce n’était pas histoire de jubiler d’une certaine popularité ou quelque chose comme ça. Cela n’avait rien à voir avec ça. J’aimais être entouré tout simplement parce que vivre les choses en les partageant était dix mille plus enrichissant. Si kaleigh n’était pas arrivé, j’aurai mangé ma pizza en solitaire devant mon DVD et je me serai probablement endormi en ayant l’impression d’avoir passé une soirée inutile. Alors que si je faisais tout ça avec elle, ça changeait tout. Il y avait un échange, un partage en quelque sorte, tout de suite je n’avais plus l’impression de perdre mon temps dans mon appartement.

    Kaleigh ne donnait pas vraiment de raison à sa venue ici. Il y avait quelque chose d’étrange. Ca se sentait à plein nez. Mon détecteur de coup foireux était toujours aussi efficace. Cependant, elle parvint à détourner mon attention avec sa boite de chocolat. J’avais vraiment faim et attendre cette pizza était un véritable supplice même si ca faisait à peine cinq minutes que j’avais passé ma commande. Pendant que ma chère petite sœur tentait de ne pas donner d’explication précise à sa venue ici, je lui lançais des regards légèrement inquisiteurs mais à la vue de tous ces chocolats, c’est la gourmandise et la faim qui se lisait dans mes yeux. je lui offrit un sourire angélique en attrapant le chocolat qui me semblaient le plus gros, ce qui étaient stupide puisqu’ils avaient tous la même taille.

    - c’est bien gentil de ta part de telles intentions ! c’est surprenant mais tu me sauves d’une crise d’hypoglycémie !

    Je ne me contentais pas d’un seul chocolat. J’avais faim, j’en pris plusieurs de suite tant que la boite m’étais tendu. Ca faisait du bien la sensation du chocolat sur la langue. Je crois qu’à ce moment je devais ressemblait à un petit garçon ravie de pouvoir manger des bonbons.

    - Bon puisque tu es là, ça te dit de manger une pizza avec moi devant le DVD du concert de Bowie. Ziggy Stardust And The Spiders From Mars pour être plus précis. Et comme ça tu pourras me dire comment tu as vraiment ruiné ta soirée.

    Il ne fallait pas oublier que j’avais grandi avec elle. Je connaissais bien Kaleigh et il était certain qu’elle n’allait pas me faire croire qu’elle portait une telle robe simplement pour une petite ballade chez son frère. C’était une des robes qui entrait dans la catégorie séduction. Elle ne m’était pas réservé mais très certainement à un type que je n’allais pas apprécier. C’était un principe : dès qu’un gars tournait autour d’elle, je ne l’aimais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaleigh Corso

K.L.C
Sometimes, crazy's alright!

avatar

▬ Nombre de messages : 719
▬ Date d'inscription : 21/04/2010
▬ Age : 28
▬ Multicompte : Madjulinah A. Dawson
▬ Statut Marital : Célibataire
▬ Amour : Mon ours en peluche
▬ Métier : Journaliste au NY Times
▬ Humeur : Tonitruante
▬ Rêve : Pouvoir faire une grasse mat'
▬ Citation : La PLS, c'est la meilleure amie du fêtard - KLC
▬ Photo, Photo :

Ill' be there for you
▬ Rps : DEMANDES OUVERTES
▬ Mes Friends.:
▬ Secret, Peur, Ambition, Rêve :


MessageSujet: Re: Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX   Jeu 23 Sep - 20:42


Je ne tardai pas à imiter mon frère et à me saisir à mon tour d'un chocolat, tentant de choisir celui dont l'absence troublerait le moins l'esthétique de la boîte. Mon cerveau était du genre à aimer les heures supplémentaires et à s'inventer toutes sortes de tâches plus ou moins absurdes. De cette manière, je restais constamment concentrée, je contrôlais mes pensées et ma conscience maniaque était tranquille. Andrea m'avoua que cette dose de sucre tombait à pic.

KALEIGH - Qu'est-ce que tu crois, je te surveille à distance!

J'esquissai un sourire en voyant mon frère engloutir plusieurs chocolats puis reposai pendant plusieurs secondes mon regard sur l'étage en plastique marron qui se dénudait à vue d'œil. Je finis par reposer la boîte sur la table basse et m'empressai de reposer le couvercle dessus. L'aspect de l'ensemble était plus agréable ainsi. De plus, je ne voulais pas qu'Andrea termine en hyperglycémie!

Mon frère me proposa de partager sa soirée avant de relever le fait qu'il savait que je lui cachais quelque chose. J'étais une très bonne menteuse. Toutefois, mon talent fonctionnait beaucoup moins bien sur lui. Il me connaissait trop bien. Je me mis à sourire à nouveau, ignorant la dernière partie de sa réplique.

KALEIGH - Tu sais bien que je ne peux pas dire non à Bowie... ni à une bonne pizza d'ailleurs, mais ça fait moins classe!

Je me levai puis me dirigeai vers la cuisine afin d'aller chercher des verres. Je restai bloquée durant quelques secondes devant le placard, repensant aux événements de la soirée. Je n'étais absolument pas le genre de personne à être complètement obnubilée par sa vie sentimentale et à vrai dire, ces individus me gonflaient très rapidement et leurs numéros ne restaient pas bien longtemps dans mon répertoire. Pour ma part, je considérais tout ce qui se rapportait aux activités de couple comme un moyen et non pas une fin. En l'occurrence, ce moyen était un passe-temps qui me permettait de relâcher la pression après une longue journée de travail. Alors forcément, lorsque ça ne se passait pas comme je l'avais prévu, ça me foutait en colère. Bien évidemment, je n'étais pas complètement hermétique à l'idée de me lancer dans une relation et peut-être qu'au fond j'étais légèrement déçue d'avoir dû claquer la porte d'une personne qui avait des allures de potentiel candidat avant de se transformer en tordu, même si je ne me l'avouais pas. Cependant, je n'irai pas courir après un homme ni me déguiser en quoi que ce soit pour lui plaire. Même si ce n'était pas une affaire d'Etat, j'avais envie d'en parler à mon frère et de finir par me marrer avec lui. Cette envie se disputait avec la crainte de gâcher la soirée en suscitant un débat sur ma vie privée.

Je finis par attraper deux verres et rejoindre le salon. Arrivée devant la table basse, je soufflai légèrement en déposant les récipients à proximité de la bouteille.

KALEIGH - Je viens de rompre avec un mec... Enfin rompre c'est un grand mot, on en était à notre deuxième rendez-vous. J'avais pas envie de rester toute seule avec mon ami Chardonnay.

_________________
    KALEIGH L. CORSO - if life's not good enough for you, make it better.

    Monica - Hey Joey, what would you do if you were omnipotent?
    Joey - Probably kill myself.
    Monica - Excuse me?
    Joey - Hey, if little Joey's dead then I've got no reason to live.
    Ross - Joey, OM-nipotent.
    Joey - You are? Oh Ross, I'm sorry.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX   

Revenir en haut Aller en bas
 

Celle qui demandait l'asile météorologique. ___ft ANDRIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Friends Like Us ! La suite de F.R.I.E.N.D.S :: Celui qui se détend ... :: Archives-